Prix de poésie des collégiens du Val-de-Marne

07 mai 2009

et le/la laureat(e) est...

Aux élèves, aux professeurs de français, aux professeurs-documentalistes et aux poètes

D'abord merci à tous de vous être impliqués durant plusieurs mois dans ce projet. Les 5 recueils ont parfois surpris, dérouté mais le plus souvent enthousiasmé les élèves qui avaient une vision plutôt classique et conventionnelle de la poésie. Le choix d'un(e) lauréat(e) en a été d'autant plus stimulant - et serré !
Nous avons donc rendez-vous mercredi 13 mai à 9h au théâtre Antoine Vitez d'Ivry-sur-Seine pour une répétition générale. La séance de remise du Prix se tiendra de 10h30 à 12h en présence du ou de la lauréat(e) dont nous gardons secret le nom jusqu'au 13 mai et qui lira plusieurs de ses textes. Les 4 autres poètes sont bien sûr invités à venir lire un ou deux de leurs textes. Quelques élèves volontaires de chaque classe viendront lire sur scène des extraits des 5 recueils qu'ils ont particulièrement aimés. Au-delà du choix d'un(e) lauréat(e), nous espérons que cet exercice aura été vécu par vous tous comme un moment de plaisir, de découverte et d'échange. A suivre..
Nelly George-Picot
Développement culturel et pédagogique
BIPVAL
Note : je conseille vivement la lecture de Sac à dos, une anthologie de poésie contemporaine pour lecteurs en herbe, parue en mars dernier aux éditions Le Mot et le reste, avec une préface très intéressante de Jean-Michel Espitallier.

Posté par BIPVAL à 17:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

et le/la laureat(e) est...

Aux élèves, aux professeurs de français, aux professeurs-documentalistes et aux poètes

D'abord merci à tous de vous être impliqués durant plusieurs mois dans ce projet. Les 5 recueils ont parfois surpris, dérouté mais le plus souvent enthousiasmé les élèves qui avaient une vision plutôt classique et conventionnelle de la poésie. Le choix d'un(e) lauréat(e) en a été d'autant plus stimulant - et serré !
Nous avons donc rendez-vous mercredi 13 mai à 9h au théâtre Antoine Vitez d'Ivry-sur-Seine pour une répétition générale. La séance de remise du Prix se tiendra de 10h30 à 12h en présence du ou de la lauréat(e) dont nous gardons secret le nom jusqu'au 13 mai et qui lira plusieurs de ses textes. Les 4 autres poètes sont bien sûr invités à venir lire un ou deux de leurs textes. Quelques élèves volontaires de chaque classe viendront lire sur scène des extraits des 5 recueils qu'ils ont particulièrement aimés. Au-delà du choix d'un(e) lauréat(e), nous espérons que cet exercice aura été vécu par vous tous comme un moment de plaisir, de découverte et d'échange. A suivre..
Nelly George-Picot
Développement culturel et pédagogique
BIPVAL
Note : je conseille vivement la lecture de Sac à dos, une anthologie de poésie contemporaine pour lecteurs en herbe, parue en mars dernier aux éditions Le Mot et le reste, avec une préface très intéressante de Jean-Michel Espitallier.

Posté par BIPVAL à 17:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2009

Collège Watteau Nogent-sur-Marne Atelier Gwenaëlle Stubbe

Collège Watteau Nogent-sur-Marne

Le cheval blanc n’a pas raconté grand-chose de son voyage. T’es-tu amusée ? Il y avait Domont et 2008. Je me suis amusée- Olivia a trouvé un cristal rouge dans la forêt - C’est tellement difficile de raconter ses vacances, tu ne trouves pas ? Le ciel est notre destin. Il reconnaît le pays. Dieu sait quand je voyagerai, jour de la révolution depuis ma lune de miel. Elle resta songeuse ma petite Kate, la fée. Nous lui avions toujours mis un masque.

Arthika


Je penchais des heures mortes sur la petite table et des signes et des souvenirs sont sortis de l’impasse. Les décombres de nourriture me touchaient et visaient la nuque. Un clown et une fée étaient dans une barque à côté d’un phare. Son destin s’accomplissait. Un jour étincelant, un ciel de cristal et des perles tombaient sur les grains de sable. Il faut que je fasse quelque chose ? Que faire ? J’étais morte.

Sarah M.


Bonsoir mon chou. Allons, ne pars pas demain matin. Ne fais pas un mouvement, ne t’amuse pas…Ciel. Sois carrément mystérieuse, fidèle, froide et fragile, détachée de tout au regard et fraîche, sans rancune. Prends le traitement du pharmacien qui est exquis. Demande aux clientes peu fortunées de faire du bruit avec la sonnette étincelante. Chaque jour, téléphoner par le train sur le flanc. Le récepteur répétait « encore la femme ». Qui sait ?

Sarah P.


Cela ne faisait qu’une fois. Combien nous connaissons particulièrement le toucher de nos proches. N’avons yeux que pour son aspect de marionnette et à des apparences purement fascinatoires si disposée qu’elle fût à être perle.

Nava


Son clown l’ennuie assidument à lui rendre masques, morte d’admiration. Surgissait-elle son intermittente infinie de la nuit dans le ciel ? Epouser sans rancune toujours ses lèvres, son ventre, son anneau de pelle (voir page 15), son pur souffle de vie était resté saturné, abandonné dans la lumière de la forêt en cristal, très abondante, mouvante, glacée dans les décombres. Christophe, Jeanne, comme nus dans la barque de la révolution. Dommage pour les volets.

Agnès


Attentivement un magnifique prince recyclait sa femme. « A plus !» C’est son destin le galop mouvementé. Reprise du flanc derrière un masque épais répétant d’émotion : elle allongeait la nuque du pied, cria la lumière ravie, l’œil naissait par les eaux, frappé d’un grain de sable placidement perle.

Adélie


Question de maux de cœur. Elle triomphe du cheval que j’avais recyclé dans la forêt. J’aurais sûrement dû insister…Mais bon…Les arbres de Kate n’intéressaient que nous. J’appelle ça scander « PAPA ».

Raphael


Que Robert ne soit qu’un élégant et un bel humain. Moi, je le trouve joliment bien, même quand il est dans la forêt. Merci. Comment a-t-il mis ses yeux derrière les arbres ?

Tu n’as pas l’air de vouloir mettre les yeux de ton côté, continue de rester toute seule à l’étrangère.

Jacqueline


Neuf mille crotales rouges ont filé pendant une révolution jusqu’à ce qu’ils jouent tout l’argent au jeu.

Matthieu


Ah ! Ciel ! Certes non…Ce petit décombre est trop gâté. Incapable. Intervalle, intermittent.

Vivement la femme, la forêt. Pour pas faire attention, pour la sourdine p31.

Le prince s’était perché sur le bras de la pâle effigie. L’ombre d’un sourire surgissait. Oh ! Des sourires ! La toile n’a pas bronché. Le flan d’un air méditatif, ses yeux noisette. Mamie, tu as une jolie figure étincelante. Tu trouves mon grain de sable ? D’un regard attentif. T’aimes ça les jolies figures. Papa, maman, Curtis, une vache. La vie ne soufflait mot. Polly est mouillé. Voilà la révolution de Mabel. Christophe qui se déshabille. Maman, Mabel, imprimé viendra. Polly allongé, Polly recyclé. Bonsoir la balançoire, brève.

Maya

Posté par BIPVAL à 11:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2009

LA POÉSIE, POUR QUOI FAIRE ? France-Culture

La Poésie pour quoi faire ?
Séminaire mensuel public animé par Jean-Michel Maulpoix, avec le concours de la Maison des écrivains et de la littérature -
Pour écouter les séances, il suffit de se connecter sur le site des « sentiers de la création » de France culture.

REMARQUABLE ET GÉNÉREUSE SYNTHÈSE ! À NE PAS MANQUER !

Bonne écoute,

CAROLE DARRICARRÈRE, auteur de L VE

Posté par BIPVAL à 17:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2009

Collège Saint Exupéry Vincennes - Florilège d'écriture SUITE - Atelier Virginie Poitrasson

Elle portait une robe
venue d’un magasin d'habits
avec une forme ronde
au contour de rose
fait en coton de 100%
comme son décolleté

Toujours
gentille,dans tous les genres
comme son appartement noir et blanc

Ma mère




      SOHEL DESAI
________________________________

Il glissait ses lunettes,
Sur le bout de son nez
Très grosses et arrondies
Colorées d'un marron vieilli
Ayant la possibilité de se plier,
Comme un poster à ranger.

Toujours
Blagueur, sans être méchant
Comme un comique prenant le devant.

Mon frère.


Salomé Zuili 4èmeA.
__________________________________

                                                                                                                 Mercredi 11 juin 10002

                                          Mon cher roi,

Moi, la reine, j’imagine une tenue plus esthétique et chic pour notre grand retour du voyage sur la Lune devant tout notre pays.
Que dis-tu d’un casque orné de paillettes argentées pour faire ressortir la douce couleur de la Lune ? Nos combinaisons seront magiques, elles seront faites par les petits lutins du Pays des Merveilles rien que pour nous deux. Dès qu’on l’enfilera, les combinaisons, la combinaison se resserrera sur notre morphologie. La couleur de la combinaison reflètera notre humeur, elle sera jaune sunshine lorsque l’on sera joyeux, vert lorsqu’on aura le mal de l’espace, rouge tomate lorsqu’on sera honteux. Mais Gare à toi elle sera noire penchant vers le mauve lorsqu’on est furieux et l’on risque de te perdre car cette couleur se confond avec celle de l’espace !! Derrière  dans le dos des combinaisons se trouvera un grand œil noir entouré d’or pour nous prévenir de ce qu’il y a derrière nous (bien pratique lorsque quelqu’un tente de nous assommer par derrière par exemple !). On aura des ailes volantes dépliables car si le vaisseau se casse on pourra toujours exécuter notre mission.

                                                                                             Ta Reine Préférée.



Anonyme
__________________________________

Ce qui en moi est loir :




Dormant la nuit, dormant le jour
Aussi gourmand qu’un ours
Discret et vif, il se déplace
En sautant de place en place
Ses longues pattes arrières
Fines et musclées,
Son museau si fier
Et son pelage gris clef.

Lorsque la nuit s’allonge et que les jours raccourcissent
Lorsque  s’annonce l’hiver, son appétit
Eclatant, il mange, il mange,
Jusqu’à que sa tête d’ange
S’arrondisse, pour disparaître dans son poil
Et que sa peau du ventre se tende comme une toile.

Peureux de nature,
Il mange dans la forêt évitant les pâtures
Trop dangereuses, pour lui, si petit
Son petit air grognon et ses  yeux unis
Rappellent au ciel comme à la terre
Son mauvais caractère.

Incertain et solitaire
Défensif et peureux, le loir vit dans l’air
Sautant, grimpant.
Mais lorsqu’il arriva sur terre, un serpent
Si gros et si mauvais,
S’approcha, s’approcha.
Le loir prit peur et recula
« Quelle idée de vouloir partir si loin des haies »
Sa vie fut sauvée, de si peu
Grâce à un formidable blond
Qui le laissa surpris mais heureux
Que c’est bon
D’être vivant.
Même pour un loir couleur argent !





.M.
___________________________________

Ce Qui est en moi est le Lion

Homme du respect

Et des droits de l'Homme

Tu inspires la force

Le courage de vivre

Monsieur le lion

Avec ton allure

Tu est Si Grand

Tu te Bat dans cette jungle

Juste pour le Respect qu'on te doit

Ta crinière Dorée au soleil vole au vent

Toi Monsieur le Lion

Tu rugit Si Fort pour te faire entendre

Et Ta chaleur est ta tendresse

Fait de toi Un homme l'être vivant que je respect

Tu est en moi Toujours entourée de se qui te sont cher

a tes yeux toujours les protéger du danger

Tu est si puissant, sauvage est magnifique

Ton regard est brasier il incendie l'horizon

Le matin au réveil tu rugissait parfois

Et ton cri dans le ciel effrayait les gazelles

Un Jours Tu Partait A La chasse

est tu surveiller les horizon

est tu rencontra quelqu'un

se quelqu'un était une lionne

élégante qui était prés de toi

tu t'approcha en ronronnent fort

elle te plaisait énormément est en marchent

royalement c'est bon c'était le coup de foudre

Lucie. H

___________________________________

                                Lettre au Roi

Le 20 avril 1995 à Vincennes

Cher belle femme,

Le départ s’approche ! Place aux préparatifs… MON HOBBIE : valises, rangement, listes… Mais avant tout, le voyage en lui-même (enfin, LA personne qui m’accompagne). Il faut absolument que je te fasse part de ma longue et belle liste. Bon, il faut bien sûr des sous-vêtements : une quarantaine pour un mois (une par jour et d’autres pour les urgences).
Je vais emmener aussi ma belle cape rougeoyante remplie de fleures de lys bleues. Je crois même que je vais en faire une pour chaque personne de l’équipage. Ce sera magnifique ! Il  faudra une trentaine des rasoirs, cent paires de chaussettes. Tu sais très bien que j’ai de fortes odeurs des pieds. Euh… a peu près cinq cent chemises (mais que celles réservés pour les grandes occasions). Il faut être beau, imagine qu’on croise des petits bonhommes verts. Il ne faudrait pas qu’ils se disent qu’on s’habille mal. Des pantalons : j’en prendrais quand même moins, voyons voir… vers les deux cents cinquante ça m’ira, (il faudra que je me renseigne sur les modèles « à la mode » pour ne pas me sentir trop éloigné de la terre). Ah oui, mon beau grand lit douillet, A NE SURTOUT PAS OUBLIER ! Le placard nous sera très utile aussi pour ranger nos sublimissimes habits (sans être prétentieux… en fait OUI, HAHA je suis si drôle) ! Ah, nos belles photos des vacances à emmener pour garder un petit souvenir de notre belle terre adorée ! Et il faudra que j’emmène aussi vingt-cinq mousses à raser. J’allais oublier le plus important : MA CREME ANTI-RIDES « solution miracle ». J’espère que tu vas apporter de la cire, il faut que tu me dépile a nouveau mon torse, les poiles repoussent et il ne faut surtout pas avoir des maudit petits poils voyants. Je vais ramener aussi trois cent manteaux (surtout des doudounes, il fait froid sur la lune !) Ah, ma belle brosse a dents, je l’avais oubliée celle là. Il me l’a faudra sur moi tout le temps, comme disent les anglais :   
« EVERYDAY, EVERYTIME, EVERY MOMENT » Mais comment ai-je pu oublier quelque chose d’aussi important : les chaussures. Deux cents vingt-cinq paires ? C’est raisonnable ! Bon, je crois que si je continue, ça ne s’arrêtera JAMAIS ! Je te laisse le plaisir de deviner ce que viendra ensuite dans mes belles et adorables valises rouges. J’attends ce voyage avec impatience. Je crois qu’il va vraiment bien se passer. Je n’ai qu’une seule hâte : te revoir pour passer un bon moment de folie, passion, amour, découverte…avec toi sur la lune ! Chaque moment attendu, me semble interminable.

                                                             

Ton fidèle beau mari,
Le Roi.                           

katharina di pierro 4èmeA
_______________________________________

Lettre du roi

Chère reine

Il faudrait que vous emmeniez les objets suivants:
nos brosses à dents
nos serviettes de douche royal
des vêtements de rechanges
une assiette réchauffante dans laquelle nous mettrons nos plats
votre télévision portable avec le nouveau satellite lunaire de ma création
votre chienne aura aussi une combinaison adapte a sa taille

    Votre fidèle roi

joubine
_______________________________

Posté par BIPVAL à 21:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Collège Saint Exupéry Vincennes - Florilège d'écriture - Atelier Virginie Poitrasson

Poème

Il tenait ce pendule
Serré dans sa main
Cabossé par le temps
Et rouillé par la pluie
Dont la forme arrondie devenait carrée
Comme une pierre cassée

Parfois
Fier de son pendule
Comme un général de sa médaille.

Mon père

Baptiste LORIN 4eA
______________________________________

Ce qui en moi est AIGLE

Ajoutée aux ailes puissantes
Sa tête couleur ivoire
Marron aux ailes battantes
Et ses yeux jaunes ressemblant à des miroirs

Fusant dans le ciel bleu éclatant
Passant devant le soleil de feu
Poussant des cris perçants
Et regardant ses proies comme un jeu

Profitant de sa liberté
Songeant à sa survie
Exprimant sa fierté
Emporté dans le ciel uni

S'échappant de son nid
Il se jette de sa haute montagne
Il prend son envol
Et s'éloigne poussé par les vents

                                                                         Xandi
________________________________________________

Ce qui en moi  est une Licorne!
Avec son poil blanc et lisse
elle rayonne dans la lueur de la lune
dans ses yeux couleur argenté
sa forme apparaît enveloutée
majestueuse elle est gracieuse!
                 ------------------------------
Dans la forêt,elle lutte
contre la violence avec aisance
quand elle hennit
l'endroit fleuri!
                 -----------------------------
Tranquille et calme
elle apprécie la solitude
mais elle est dynamique et unique
mélancolique et vif
elle cherche le trajet de la destinée!
                 -----------------------------
Un jour,tandis qu'un tigre cherchait du gibier,il tomba sur un cerf et ce précipita sur lui.
Alors,elle apparut,brillante telle un rayon du soleil:c'était la licorne!
Pendant qu'elle défendait cette pauvre bête,celui-ci s'échappa et déclencha un combat sans fin car après avoir perdu sa proie le tigre ce mit dans une colère incroyable!
La licorne paraissait inquiète et c'était bien la première fois,elle n'a jamais eu d'adversaire aussi redoutable à battre.
Et elle avait bien raison de s'inquiéter car dés qu'elle prit son  souffle,le tigre se jeta sur la licorne et lui rentra les griffes dans son cou.
S'en était fini pour la licorne,plus jamais on ne la reverra!

                          FIN!

                                   AISHAH JINWALA
_______________________________________

Ce qui est en moi est une panthère:

Ses yeux comme deux cristaux lui donnent un regard mélancolique.
Grande et élancée telle un éclair qui frappe sur un rocher blanc ivoire.
Son pelage noir semblable aux cendres la rend de couleur changeante.

Toujours lovée dans son repère ensoleillé,elle aime dès l’aube se promener dans les bois pâles et mouillés par la rosée du matin.
Parfois excitée, elle émet quelques rugissements de contentement.
Mais elle n’aime pas que l’on embête sa famille, d’ où l’idée de marquer son territoire par le sang de ses proies.

Elle aime gambader dans les déserts ardents.
Gaie et enthousiaste, elle est toujours partante pour ces expéditions dans la savane humide.
Elle aime s’allonger par terre quand le soleil est au zénith, et courir après ces oiseaux aux ailes multicolores et aux plumes arc-en-ciel.
Elle sait se faire respecter auprès de tous et aime mettre en valeur son pelage luisant.

Seule isolée dans la forêt elle cherchait son chemin et croisa le regard d’ un loup blanc au teint blafard, à l’haleine froide et à la respiration saccadée.
Elle vit couler de sa gueule une goutte de sang.
Elle comprit que c’était un loupire* et tomba amoureuse de lui.
Ils repartirent tous deux au plus profond de la forêt éclatante.

*loupire:loup+vampire

Clara
______________________________________

3 Juillet 21 048

Mon cher roi,

J’imagine ma combinaison comme celle la :

Je ne pense pas qu’une combinaison salissante soit une bonne idée. J’opterais plus pour une combinaison de couleur argentée poivrée de marin foncé, qui refléterait mon teint, des mono-chaussures rebondissantes et des accessoires intégrés dans celle-ci: comme mon maquillage lumineux à paillettes, ma lampe doré hydraulique et une triple couverture en angorachemire au cas ou nous aurons froid.                                                                                                           D’après les astrochats-voyageurs, la lune abrite de nombreux dangers. Que pensez-vous d’une armure de fer, ou un tissu permettant de renvoyer tout ce qui nous touche ?                                                                                                                                            Vous me connaissez, fatigable comme je suis, j’aimerais pouvoir m’asseoir dans la combinaison ; Pourquoi ne pas intégrer un siège qui prendrait place quand je secouerais mon petit doigt ?

J’ai hâte de partir avec vous sur la lune.

Je vous embrasse très fort, je pense à vous.

Votre reine

Jeanne
____________________________________

Le 20 juin 2060

Cher monsieur le roi

          J’ai bien imaginé votre combinaison pour votre fameuse épopée dans l’espace. J’ai pensé à une bouillotte désactivable dans tout son intérieur, car j’ai entendu qu’il faisait très froid dans l’espace et vous n’oublierait plusieurs chaussettes de ski et de gros souliers bien chaud avec des gants agrafés à vos manches de combinaison, car vous avez souvent froid a vos petite mimines. Voilà pour tout ce qui vestimentaire maintenant passons à la technologie.

          Pour votre nourriture, un bouton rouge clignotera à l’heure de manger vous n’aurez qu’a y appuyer et la nourriture tombera automatiquement dans votre bouche et un bouton  vert sera a votre disposition pour les petit encas. Pour rester en communication avec votre royaume (et ne pas tomber dans la révolution) j’ai tout bonnement installé des enceintes et un micro pour me parler, parler au peuple et écouter mes berceuses. J’ai aussi mis au point un bouton tout à fait « ré-vo-lu-tio-nnaire »   en vous endormant vous ronflez beaucoup (sans vous offenser) alors pour ne pas embêter vos collègues vous n’avez qu’a appuyer sur ce bouton et personne ne vous entendra.

PS: Au fait votre combinaison sera vert fluo pour ressembler aux petits homme verts.

Amoureusement votre femme

  (DOUIR Jawad 4e A)
__________________________________

Elle portait un collier
dans un petit coffret
avec une perle
d'une couleur saphir
appartenant à sa mère
un objet qui compte beaucoup pour elle

toujours
généreuse,quoi qu'il arrive
comme sa mère

Ma mère




François mirza
________________________________

Poésie de claudie henriet:


Elle porte le collier
Qui est sur son cou
Au forme ronde
Orné de paillettes argentées
Usées par le temps
Comme mon cahier de CP.
Parfois
Antipathique au mélange des autres
Comme son haut décolleté aux contours dorés
Ma soeur
_____________________________________

4 juillet 1689

Mon chère roi:

J'ai bien reçu votre lettre. Je pense que la combinaison serait mieux en plastique, rouge avec des motifs vert. Sur le casque, mettre des cheveux comme une perruque. Mettre des bottes qui montent jusqu'aux genoux, rose avec des fleurs sur les bouts des bottes. Il faut installer un sac à dos sur le dos de la combinaison pour ranger le tricycle en peau de mouton. Voilà ma solution.

Bisous mon roi

Ta reine

Tom pilarczyk
_________________________

Elle porte des lunettes
qui se plient dans tous les sens.
Elle les range dans une boîte
courbées par les pliage comme
une contorsionniste

Elle est très agressive
lorsqu'elle est tendue
comme une personne
qui perd la tête.

Grand Mère

Tom Colin
________________________________

Ce qui est en moi:le chat.

Le chat,il est grand ou petit,possède des yeux brillants et émeraude.Son pelage est doux et de couleur chaude allant du noir au roux,parfois bleu.

Le chat dort ou chasse sans cesse,obstiné devant sa proie.IL est habile et vif d'esprit.Les miaulement du chat changent en fonction de ses sentiments:fort et long quand il a peur,il crache quand il est énervé.

Le chat est vif d'esprit,et dans ses gestes.Il est changeant dans ses émotions,ses miaulement le sont aussi:mia!!miaou!!sshh!!

Il sort dehors et se dort au soleil en attendant une proie,la voilà elle arrive,le chat se lève,tapis dans les herbes,il avance d'un pas léger,de plus en plus vite,puis à un mètre de sa proie,il se jette dessus lui mordant le cou de toutes ses forces.

Rogues de Fursac Thomas
________________________________

Posté par BIPVAL à 20:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 mars 2009

Collège Watteau de Nogent-sur-Marne

Le roi se fait passer pour une femme, un servant. Il en a assez de donner des ordres. Il aime être dominé. Intelligent, pauvre, mais pas du cerveau, il veut cacher sa richesse. Animal chat miaou.

Reine le 10 juin

Le coiffeur a commencé à m’apprendre la naissance de

la Terre

Adélie.

Christophe Colomb veut m’emmener au bal sur

la Terre

Adélie

avec Christophe’s fille pour m’apprendre à me coiffer. Il me montre la nouvelle coupe à la mode en América.

Il mesure la place qu’il a pour son meuble Ikea. Rangement des carottes de son royaume.

Vendredi 13

Le roi installe sur le toit un grand écran de cinéma pour regarder Brad Pitt en plein air, pour manger une fondue de carottes c’est encore mieux mais ça il ne le sait pas. Une par une, il les a toutes installées sur le meuble Ikea. Tout à coup ma mère se came. Elle a entendu qu’on allait voir Brad Pitt qui rajeunit pour voir s’il veut bien m’épouser. Le roi n’est pas content. C’est mon Brad Pitt. Alors il démonte tout. Lui me donne une bague avec un diamant en grand rectangle et tout ce qu’il y a dedans me manque.

                                                                 Adélie et Agnès

Le vide, la fin de l’épisode, plus de son, j’éteins. Un chien aboie dans le jardin du voisin. Bouché, le lavabo de la salle de bain. A moitié nue, ma sœur sort de sa douche. Plus de son, l’épisode est terminé, je veux en voir un autre, mais il est tard, je ne sais plus quoi faire. J’entends le chien aboyer alors je pense à lui. Belles sont les tulipes qu’il y avait dans le jardin l’été dernier. La truffe de mon chat m’effleure le pied. Vide. Je m’endors.

                                                                                          

                                                                                          Sarah    

Lorsque l’homme est très seul, il se met en orbite avec son escargot

Puis le Soleil et Vénus s’alignent et le jour de ma naissance a lieu

                                                                                            Sandra

Posté par BIPVAL à 13:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]

livre en copeaux

IMG_0098

Idir Kashi

Collège Watteau Nogent-sur Marne

Posté par BIPVAL à 13:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2009

Collège Condorcet maisons-alfort

Qu'est-ce que la poésie? A cette question épineuse, il faut bien tenter de répondre. De répondre quand même. Non pas en s'appuyant sur quelques définitions convenues, livrées clef en main. Plutôt en montrant cette chose que l'on appelle encore aujourd'hui "poésie", objets textuels (ou graphiques, sonores, visuels, etc.) qui ouvrent des espaces de libre création, inventent une langue ou réinventent la langue. Je m'efforce donc toujours, et ce fut le cas au collège Condorcet de Maisons-Alfort, sous la houlette de l'impeccable Alain Ortega, professeur de "compét", je m'efforce donc toujours, d'abord, de briser les clichés et les idées reçues sur la poésie (poésie = poème d'amour/ poésie = vers et rime / poésie = "un truc du moyen Age" comme me l'a dit un élève de Condorcet, hier!). Il me semble qu'ainsi mon travail consiste d'abord à briser les idées reçues, travail de démolition, entreprise de concassage pour pouvoir ensuite monter un terrain neuf, extrêmement ouvert à toutes les expériences de langue. Je crois que les élèves de Condorcet ont senti cette grande liberté que nécessitait et procurait l'exercice de la poésie tel que l'on entend ce mot aujourd'hui. La discussion autour des deux livres qu'il me revenait de présenter (ceux de Pascale Petit et de Jean-Jacques Viton) en fut du coup beaucoup plus constructive. Et j'ose croire, comme je le crois chaque fois que je m'adresse à des élèves, que certains, peut-être, auront senti que nos petites fabriques personnelles qui produisent de telles incongruités, de telles étrangetés, ont des enjeux beaucoup plus importants, à savoir résister aux injonctions nivelantes de la société, trouver dans la langue commune des émerveillements, dire le monde, encore, et malgré tout.
Jean-Michel Espitallier

Posté par BIPVAL à 09:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2009

Le pouvoir des mots.

Merci à Carole DARRICARRERE pour son message sur le pouvoir des mots. Je l'ai trouvé très intéressant et l'ai copié dans le blog de mes élèves.
D'ailleurs, en parlant d'élèves, les miens ont du mal à rentrer dans les textes ; ils préfèrent produire leurs propres textes. Je ne désespère pas...

Alain Ortega.

Posté par BIPVAL à 20:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]